Hôpital de Saint Claude

Lettre à Mme Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé - 13/10/2017

Je me suis rendu, jeudi 12 octobre dernier dans le Jura, où j'ai trouvé une situation d'inquiétude et de colère quant à la situation sanitaire. Il vous souvient évidemment de ce qui s'est passé dans l'EHPAD de Foucherans ; la question de l'accès aux soins de qualité continue d'y être extrêmement prégnante.

C'est particulièrement le cas à Saint-Claude où l'essentiel des services est menacé, ce qui ne manquera pas de conduire à une fermeture pure et simple. Dans cette ville enclavée, au cœur d'un bassin de 60 000 habitants, la fin de l'hôpital de proximité est une idée insupportable.

Elle est vécue comme "un abandon du Haut-Jura".

En effet, le transfert vers l'hôpital de Lons-le-Saunier va sans coup férir s'avérer impraticable, tant les conditions de trajet sont aléatoires. Conditions météorologiques difficiles, manque d'ambulances, recours à l'hélicoptère, allongement significatif des délais de rendez-vous, visites des familles rendues délicates avec l'éloignement, rupture de suivi pour les femmes enceintes dans leur parcours vers l'accouchement... Sans compter le renoncement aux soins qui en résultera.

L'hôpital dispose notamment d'un plateau technique moderne et d'un service d'hémodialyse performant. En 2016, l'hôpital de Saint-Claude, c'est 2502 interventions en bloc opératoire, avec actes d'anesthésie, 957 interventions en chirurgie ambulatoire, 342 naissances, 11480 passages aux urgences dont 3007 personnes hospitalisées sur place et 211 transférées.

Une très forte mobilisation populaire est en cours et le comité de défense de l'hôpital rassemble les habitants par centaines dans les salles, des milliers dans les rues et dizaine de milliers sur des pétitions. Douze mille personnes ont déjà signé. Le personnel de l'hôpital, son intersyndicale sont eux aussi vent debout contre ce choix à mes yeux injustifiable. Quarante chefs d'entreprises du secteur ont lancé un appel contre la destruction de l'hôpital.

Les personnels du Groupement hospitalier de territoire se plaignent de la façon dont ils sont traités pour les administrateurs provisoires. Ils dénoncent des méthodes de "management destructeur, humiliant, culpabilisant et contre-productif". Et pointent également les crédits importants investis dans divers audits au lieu de l'être dans le soin. Ils dénoncent le discours consistant à admettre qu'il faudra bien admettre qu'il y aura, à l'avenir, "une part de chance et de hasard" si la fermeture devait advenir. Ceci d'autant que l'hôpital de Lons-le-Saunier, connaît, lui aussi, des difficultés et des suppressions de personnels sont annoncées, notamment 30 équivalents temps plein pour le premier trimestre 2018.

Ce que j'ai ressenti fortement, c'est que les habitants de Saint-Claude et du Haut-Jura considèrent cet hôpital comme leur bien commun. C'est un sentiment puissant qui doit être respecté et sur lequel on doit pouvoir s'appuyer pour renforcer le service public au lieu de l'affaiblir.
Vous connaissez mon sentiment sur les différentes réformes, de la loi HPST aux Groupements hospitaliers de territoires, en passant par la T2A, qui, d'ONDAM en ONDAM ont consisté à compresser toujours plus la dépense de santé et donc la qualité des soins.

Madame la Ministre, l'hôpital de Saint-Claude ne doit pas fermer. Monsieur le Préfet du Jura a refusé d'accéder à la demande des élus et de la population d'organiser une table ronde sur la question avec l'ensemble des acteurs. L'ARS a organisé une audition de pure forme, incapable selon les dires des participants d'apporter des arguments sérieux pour justifier cette orientation et lever la moindre inquiétude. La colère est en train de grandir, les personnels sont très mobilisés et les citoyens commencent à renvoyer leurs cartes d'électeurs. Les personnels, le comité de soutien et les élus souhaitent être reçus. Je me permets d'appuyer avec insistance leur demande d'audience auprès de vous. De ce que j'ai pu voir, la situation l'exige.

Pin It

La fabrique du commun

14 quai Général Leclerc, 

13500 Martigues

téléphone : 04 42 02 28 51

 

Dans votre ville un jeudi par mois sur rendez-vous 

  • Port-Saint-Louis du Rhône le 1er jeudi du mois de 15h30 à 17h Maison de services au public
  • Istres le 2ème jeudi du mois de 16h à 17h30 Hôtel de ville
  • Port de Bouc le 3ème jeudi du mois de 16h à 17h30 CC Elsa Triolet

 

La lettre d'information

 Inscription *                            (* information obligatoire)

Appuyer sur "Entrée"